Emeraude Della Rovere                                                                
              


forum fantastique proposant un système d'évolution similaire aux mmo rpg.
 
                       
             
                                                                                                               
                             
                                                            
                         

Partagez | 
 

 Emeraude Della Rovere

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Emeraude Della RovereHope on my Earthavatar
Réincarnations
Race : Humaine
Célébrité : Mackenzie Foy
Photomaton :
Age du personnage : Bientôt 18 ans
Localisation : France, pour le personnage, Suisse romande, pour la joueuse
Métier/Études : En Terminale L au lycée Notre Dame de France, pour le personnage, employée en intendance, pour la joueuse
Niveau : 19/100
Pièce d'Or : 6302 pièces d'or
Derrière le miroir :
Pseudo : Faramir
Messages : 587
Date d'inscription : 12/08/2017
Age : 20

Derrière le miroir
Pouvoirs et dons:
Gains de niveau:
Inventaire:

MessageSujet: Emeraude Della Rovere   Sam 12 Aoû - 22:21


Emeraude Della Rovere

100x100

Prénoms & Nom.

Emeraude Della Rovere

Date de naissance.

1er septembre 1999

Âge.

Bientôt 18 ans
100x100

Nationalité.

Franco-italienne

Lieu de naissance

Cava de' Tirreni, Italie

Métier / Étude.

En terminale L au lycée Notre Dame de France, envisage de faire des études d'historienne
100x100

Groupe.

Réincarnation

Race.

Humaine

Pouvoirs.

Aucun


Il était une fois...
Mes parents sont morts à deux mois de mon quatorzième anniversaire, dans un accident de voiture, à l'âge de trente-huit ans, après quinze ans de mariage.

Ma mère, Adrienne, était française, mon père, Narciso, était un italien descendant en ligne directe d'une branche de la vieille famille italienne: les Della Rovere, dont certains cardinaux et papes ont été les contemporains des Borgia. Mes parents se sont rencontrés lors d'un séjour de mon père en France. Lorsqu'il est rentré au pays, ma mère n'a pas tardé à le suivre. Ils avaient tout juste dix-huit ans. A vingt, ils se sont mariés. A vingt-quatre, ils étaient pour la première fois parents. Avec ma sœur Kira, de deux ans ma cadette, nous avons été élevées dans la double culture franco-italienne et dans les deux langues. Notre mère ne travaillait pas, préférant se consacrer à notre éducation. Nous vivions donc sur le salaire seul de notre père, mais nous n'avons manqué de rien. Nous avions un toit, sur nos tête; un lit, dans lequel dormir; de la nourriture, dans nos assiettes; et, le plus important, de l'amour. Je jouais à la poupée, d'abord avec Kira, puis, avec mes copines. J'allais à l'école où j'apprenais les maths. J'ai sans doute fait des bêtises, comme tous les enfants. Pendant les vacances, mes parents, Kira sous un bras, moi sous l'autre, nous emmenaient en France, y voir la famille maternelle où nous jouions avec nos cousins - mon père étant fils unique, nous n'avons jamais eu de cousins, en Italie. Une enfance heureuse et normale, en somme! C'était jusqu'à y a quatre ans...

C'était pendant les vacances d'été, en 2013, une année où c'était la famille de ma mère qui était venue à Cava de' Tirreni. Cava de' Tirreni qui, pour moi, avait toujours été la plus belle ville du monde. Tellement plus ensoleillée et accueillante que Paris.
Ce soir-là, mes parents étaient sortis au restaurant, nous laissons, Kira, les cousins et moi à la bonne garde de nos grands-parents maternels. En rentrant, ils ont eu un accident de voiture auquel ils n'ont pas survécu. J'allais sur mes quatorze ans et je l'ai assez mal vécu. Avec le décès de mes parents, non seulement j'ai fini orpheline, mais j'ai aussi été déracinée. En Italie, dans la famille proche, il ne me restait que Kira, du haut de ses douze ans. On est donc toutes les deux parties chez nos grands-parents, à Paris.

Paris, je connaissais. Mais pour moi, Paris, c'était la ville des vacances de mon enfance, pas une ville pour y vivre à l'année. Paris, même si je l'aimais beaucoup, je la trouvais tout de même plus triste et plus pluvieuse que Cava de' Tirreni. Je crois que le changement de lieu de vie ne m'a pas trop aidé à faire mon deuil et a fait que j'ai pas mal décroché, en classe, lors du premier trimestre de ma dernière année de collège. Il m'a fallu plusieurs mois, une sérieuse engueulade avec ma sœur et ma rencontre avec Noëlle pour remonter la pente, ne pas foirer mes années collèges et pouvoir continuer mes études au lycée.

Noëlle, ça a été ma première vraie meilleure amie, à mon arrivée en France. Quand mes grands-parents ont fait les démarche pour qu'avec Kira nous intégrions le collège Notre Dame de France, c'est dans la classe de Noëlle que j'ai atterri. Dans ma période un peu sauvage où, dans ma douleur, je ne voulais me lier avec personne, de peur de perdre les gens, elle a été la première à réussir à briser le mur qui m'entourait et à me montrer les bons côtés que la vie avait encore et que je pouvais voir, même si mes parents n'étaient plus là. Elle a été ma première amie française, ma meilleure amie, ma béquille et mon Cupidon. C'est sans doute grâce à elle que, depuis l'arrivée de mes rêves étranges sur la marquise de Montespan, je suis avec Celeste.
Parce que bon, le décès de mes parents est arrivé durant mon adolescence. Vous savez, l'adolescence? Cette période géniale, avec les boutons sur la face, les hormones qui travaillent et les premières amours! Et j'ai eu du mal à admettre et mettre des mots sur ce que je ressentais pour Celeste.

Celeste, avec Noëlle, nous l'avons rencontré à notre rentrée au lycée: on c'est tous les trois retrouvés dans la même classe de L. Noëlle et Kira ont sans doute été les premières à remarquer qu'on avait le béguin, l'un pour l'autre. Mais si lui a toujours été calme et timide - ce que je n'étais pas -, moi, je devenais gêné, lorsque j'étais amoureuse. Il nous a donc fallu du temps, avec Celeste, pour nous rapprocher et enfin oser s'avouer nos sentiments et de sortir ensemble. C'était pendant les fêtes de fin d'année. Et, inconsciemment, avec mon histoire avec Celeste, j'ai mon côté un peu naïf qui est ressorti, alors que je pensais qu'il était dans le placard: les papillons dans le ventre, l'impression qu'avec lui, tout irait bien et que notre histoire pourrait durer encore longtemps.
Avec Celeste et le début d'année ont commencé mes rêves étranges. Mes rêves d'un temps versaillais que je n'ai pourtant pas vécu, mais tellement réel, avec la marquise de Montespan, ses amants, ses enfants, les bals auxquels elle participait, ses amis et ses ennemis. J'ai mis un moment, avant d'oser en parler. Ma grand-mère dit que les rêves ont tous une signification et que si je fais des rêves si précis sur la vie à la cours de Louis XIV, c'est parce que, à la prochaine rentrée, je vais commencer mes études d'historienne et que la dynastie des Bourbon est une période qui me fascine. Des périodes historiques, il y en a pleins qui m'intéressent, donc je suis assez peu sûre de la théorie de ma grand-mère. Mais qui c'est? Demain est un autre jour et peut-être me dira-t-il pourquoi je fais tous ces rêves...


100x100

Un pseudo?

Faramir ou Inti

Un âge?

21 ans cet automne

La célébrité de votre avatar?

Mackenzie Foy
100x100

Un mot à propos de vous?

Heu...  clown
100x100

Comment avez-vous trouvé le forum?

Via FB

Quelque chose à dire à propos du forum?  

Il a l'air bien.

Avez-vous lu le règlements ?

Oui, chef!
Personnalité
Il y a encore quelques années, j'étais une gamine naïve, pensant que mes parents seraient toujours là pour moi et qu'ils ne mourraient que lorsque je serais très vieille. Quand j'avais six ans, comme des générations et des générations de petites filles avant moi - et même après, sans doute aucun - je voulais épouser mon père. Ma sœur, qui faisait tout comme moi, disait pareil. Quand j'avais encore mes parents, j'étais joyeuse, souriante, pleine de vie et pleine de vie. Je voyais toujours le bon côté des choses. J'étais une battante qui n'aimait pas se laisser abattre. J'aimais les gens. J'aimais les aider. J'avais de bonnes notes, en cours, ce qui ne m'empêchais pas d'adorer répondre à mes professeurs.
Durant les mois qui ont suivi le décès de ceux qui m'avaient donné la vie, j'ai été très négative. Lorsque je me rappelais que l'enfant que j'étais voulait épouser son père, je me disais que c'était idiot. Comment avais-je pu penser une seule seconde qu'on pourrait se marier et que, avec ma mère, il resterait au-près de moi et ma sœur jusqu'à ce qu'on fasse de vieux os? Je n'avais plus l'envie de sourire et je ne comprenais pas pourquoi mes grands-parents insistaient tant pour que je me lève le matin. Pourquoi donc me lever, vu que mes parents ne me verraient jamais entrer au lycée, obtenir mon bac et entrer à l'université? D'élève insolente, j'étais devenue l'élève qui, lorsqu'elle ne séchait pas, n'écoutait pas ou presque pas. Mes notes ont chuté.
Je crois que c'est grâce à ma sœur que j'ai pu remonter la pente. Kira, ma petite sœur, pour qui j'aurais dû être forte et servir d'exemple parce que l'aînée, c'est moi, m'a ouvert les yeux. On c'était engueulée, un dimanche, je ne sais plus pourquoi. C'est ce jour-là qu'elle m'a craché à la figure qu'elle aussi, elle avait perdu ses parents et qu'elle ne reconnaissait plus celle que j'étais devenue. Je crois que c'est ce jour-là que j'ai vraiment commencé à faire mon deuil.
Si je n'ai plus ce côté naïf que j'avais, avant, j'ai tout de même réussi à retrouver une certaine joie de vivre, mes sourires, mon attention en classe et mes ambitions de faire des études ou, du moins, de faire quelque chose d'autre de ma vie que de me morfondre sur moi-même, car ça, ce n'est pas moi! Je me suis un peu endurcie, depuis, mais je n'ai pas l'impression d'être devenue totalement froide, aimant toujours essayer d'aider autrui. Je me suis rendue compte que, dans ma peur de perdre ceux qui me sont chers, je suis devenue possessive et que je m'inquiète toujours, quand je ne sais pas quand ma sœur ou mes amis ne me donnent pas de nouvelles ou ne répondent pas à mes messages.
Derrière le miroir :
Depuis quelque temps, des rêves étranges. Les fastes d'une cour française, digne du Roi-Soleil, entre Saint-Germain-en-Laye et Versailles. Une liaison avec un amant royal. Plusieurs enfants illégitimes dont l'éducation a été confiée à une future rivale et deux avec officiels avec un mari que je n'ai pas encore. Des sœurs et un frère. Des messes noires et l'affaire des Poisons de 1680.
Je rêve de choses passées et qu'il m'a été impossible de vivre. Pourtant, ces rêves m'ont l'air tellement réel que, parfois, j'ai du mal à faire la distinction entre ce qui c'est vraiment et ce qui se passe dans mes songes. Le matin, au réveil, j'ai donc souvent des doutes. C'est comme si mon subconscient, bien malgré moi, avait vécu toutes ces choses. Comme si, physiquement, la nuit, je me trouvais dans mon lit et psychologiquement, je vivais - ou revivais? - une autre vie. Une vie dans les belles années du Roi-Soleil, dans une France tellement lointaine et différente de la France que je connais. Je revis, dans mes rêves, la vie de Françoise Athénaïs de Rochechouart de Mortemart, dites Madame de Montespan.

Pourquoi donc tous ces rêves? Pourquoi à moi? La marquise chercherait-elle, à travers moi, à se faire pardonner tous ses pêches (l'affaire des Poisons, son amertume vis-à-vis de Madame de Maintenon)?
Allez savoir, vu que, d'après ma grand-mère, tous les rêves ont une signification! Je trouverais donc pourquoi je fais tous ses rêves, tout en essayant d'avoir une vie plus belle et moins satanique que la Montespan de mes nuits.

©️ Narja - Never-Utopia


Dernière édition par Emeraude Della Rovere le Dim 13 Aoû - 16:26, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zooey A. MacIomhairHope on my Earthavatar
Créatures magiques
Race : Génie de la lampe
Célébrité : Emilia Clarke
Photomaton :
Age du personnage : 2829 ans
Localisation : Londres, chez un antiquaire.
Métier/Études : Génie de la lampe
Niveau : 17/100
Pièce d'Or : 4972 pièces d'or
Derrière le miroir :
Pseudo : Scandalucia
Messages : 400
Date d'inscription : 19/05/2017
Age : 26

Derrière le miroir
Pouvoirs et dons:
Gains de niveau:
Inventaire:

MessageSujet: Re: Emeraude Della Rovere   Dim 13 Aoû - 2:06

Bienvenue !! balon coeur

Merci de ton inscription ! bong

J'ai hâte de découvrir ton personnage ! :ship

N'hésite pas si tu as la moindre question ! *o*

À très vite ! chear


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://historia-pactum.forumactif.com/
Jonathan A. PetersonHope on my Earthavatar
Réincarnations
Race : Dieu mineurs
Célébrité : Zac Efron
Photomaton :
Age du personnage : 25
Localisation : Quelques part en Amérique
Métier/Études : DJ
Niveau : 05/100
Pièce d'Or : 2214
Derrière le miroir :
Pseudo : Jon :p
Messages : 129
Date d'inscription : 19/05/2017
Age : 27

Derrière le miroir
Pouvoirs et dons:
Gains de niveau:
Inventaire:

MessageSujet: Re: Emeraude Della Rovere   Dim 13 Aoû - 11:12

Bienvenue petite réincarnation Smile (se sent moins seul xD)
Hâte de finir la lecture de ta fichounette aaaa
N"hésite pas si tu as des questions, toussa toussa bong
Ah et je me suis permis de déplacer ta fiche dans les présentation en cours hide


Let's Party & Drinks the world.
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emeraude Della RovereHope on my Earthavatar
Réincarnations
Race : Humaine
Célébrité : Mackenzie Foy
Photomaton :
Age du personnage : Bientôt 18 ans
Localisation : France, pour le personnage, Suisse romande, pour la joueuse
Métier/Études : En Terminale L au lycée Notre Dame de France, pour le personnage, employée en intendance, pour la joueuse
Niveau : 19/100
Pièce d'Or : 6302 pièces d'or
Derrière le miroir :
Pseudo : Faramir
Messages : 587
Date d'inscription : 12/08/2017
Age : 20

Derrière le miroir
Pouvoirs et dons:
Gains de niveau:
Inventaire:

MessageSujet: Re: Emeraude Della Rovere   Dim 13 Aoû - 12:13

Merci pour le déplacement de ma fiche: j'ai réalisé que je l'avais mise au mauvais endroit, bin... c'était trop tard What a Face . Honte à moi hide .

Merci pour l'accueil gne .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zooey A. MacIomhairHope on my Earthavatar
Créatures magiques
Race : Génie de la lampe
Célébrité : Emilia Clarke
Photomaton :
Age du personnage : 2829 ans
Localisation : Londres, chez un antiquaire.
Métier/Études : Génie de la lampe
Niveau : 17/100
Pièce d'Or : 4972 pièces d'or
Derrière le miroir :
Pseudo : Scandalucia
Messages : 400
Date d'inscription : 19/05/2017
Age : 26

Derrière le miroir
Pouvoirs et dons:
Gains de niveau:
Inventaire:

MessageSujet: Re: Emeraude Della Rovere   Dim 13 Aoû - 18:22



Félicitations Emeraude !
Félicitations! Tu as complété ta fiche personnage avec brio! Te voici prêt/prête à aller jouer dans l'univers de Hope On My Earth. Tu as été ajouté au groupe Réincarnation, mais pour une expérience optimale, pense bien à faire un tour dans les bottins! Tu peux aussi chercher des relations en créant ta fiche de liens ici, faire l'inventaire de tes RPs dans cette section et tenir à jour l'inventaire de tes possessions en créant un sujet ici!

Note perso : j'aime beaucoup la fraîcheur et l'innocence de ton personnage Very Happy J'ai hâte de la voir évoluer et grandir sur le forum ! Smile

Si tu as la moindre question, n'hésite pas à contacter tes administrateurs et modérateurs chéris que sont Zooey & Jonathan

©️ Narja - Never-Utopia


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://historia-pactum.forumactif.com/
Emeraude Della RovereHope on my Earthavatar
Réincarnations
Race : Humaine
Célébrité : Mackenzie Foy
Photomaton :
Age du personnage : Bientôt 18 ans
Localisation : France, pour le personnage, Suisse romande, pour la joueuse
Métier/Études : En Terminale L au lycée Notre Dame de France, pour le personnage, employée en intendance, pour la joueuse
Niveau : 19/100
Pièce d'Or : 6302 pièces d'or
Derrière le miroir :
Pseudo : Faramir
Messages : 587
Date d'inscription : 12/08/2017
Age : 20

Derrière le miroir
Pouvoirs et dons:
Gains de niveau:
Inventaire:

MessageSujet: Re: Emeraude Della Rovere   Dim 13 Aoû - 18:29

Merci abeill
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daliah WilsonHope on my Earthavatar
Créatures magiques
Race : Chat d'argent
Célébrité : Camila Mendes
Photomaton :
Age du personnage : 200 et quelques années
Localisation : Londres
Métier/Études : Barista
Niveau : 04/100
Pièce d'Or : 1754 pièces d'or
Derrière le miroir :
Pseudo : Nebulleuse
Messages : 79
Date d'inscription : 01/08/2017

Derrière le miroir
Pouvoirs et dons:
Gains de niveau:
Inventaire:

MessageSujet: Re: Emeraude Della Rovere   Lun 14 Aoû - 10:57

Bienvenu parmi nous balon coeur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emeraude Della RovereHope on my Earthavatar
Réincarnations
Race : Humaine
Célébrité : Mackenzie Foy
Photomaton :
Age du personnage : Bientôt 18 ans
Localisation : France, pour le personnage, Suisse romande, pour la joueuse
Métier/Études : En Terminale L au lycée Notre Dame de France, pour le personnage, employée en intendance, pour la joueuse
Niveau : 19/100
Pièce d'Or : 6302 pièces d'or
Derrière le miroir :
Pseudo : Faramir
Messages : 587
Date d'inscription : 12/08/2017
Age : 20

Derrière le miroir
Pouvoirs et dons:
Gains de niveau:
Inventaire:

MessageSujet: Re: Emeraude Della Rovere   Jeu 17 Aoû - 13:51

Emeraude Della Rovere a écrit:

Emeraude Della Rovere

100x100

Prénoms & Nom.

Emeraude Della Rovere

Date de naissance.

1er septembre 1999

Âge.

Bientôt 18 ans
100x100

Nationalité.

Franco-italienne

Lieu de naissance

Cava de' Tirreni, Italie

Métier / Étude.

En terminale L au lycée Notre Dame de France, envisage de faire des études d'historienne
100x100

Groupe.

Réincarnation

Race.

Humaine

Pouvoirs.

Aucun


Il était une fois...
Mes parents sont morts à deux mois de mon quatorzième anniversaire, dans un accident de voiture, à l'âge de trente-huit ans, après quinze ans de mariage.

Ma mère, Adrienne, était française, mon père, Narciso, était un italien descendant en ligne directe d'une branche de la vieille famille italienne: les Della Rovere, dont certains cardinaux et papes ont été les contemporains des Borgia. Mes parents se sont rencontrés lors d'un séjour de mon père en France. Lorsqu'il est rentré au pays, ma mère n'a pas tardé à le suivre. Ils avaient tout juste dix-huit ans. A vingt, ils se sont mariés. A vingt-quatre, ils étaient pour la première fois parents. Avec ma sœur Kira, de deux ans ma cadette, nous avons été élevées dans la double culture franco-italienne et dans les deux langues. Notre mère ne travaillait pas, préférant se consacrer à notre éducation. Nous vivions donc sur le salaire seul de notre père, mais nous n'avons manqué de rien. Nous avions un toit, sur nos tête; un lit, dans lequel dormir; de la nourriture, dans nos assiettes; et, le plus important, de l'amour. Je jouais à la poupée, d'abord avec Kira, puis, avec mes copines. J'allais à l'école où j'apprenais les maths. J'ai sans doute fait des bêtises, comme tous les enfants. Pendant les vacances, mes parents, Kira sous un bras, moi sous l'autre, nous emmenaient en France, y voir la famille maternelle où nous jouions avec nos cousins - mon père étant fils unique, nous n'avons jamais eu de cousins, en Italie. Une enfance heureuse et normale, en somme! C'était jusqu'à y a quatre ans...

C'était pendant les vacances d'été, en 2013, une année où c'était la famille de ma mère qui était venue à Cava de' Tirreni. Cava de' Tirreni qui, pour moi, avait toujours été la plus belle ville du monde. Tellement plus ensoleillée et accueillante que Paris.
Ce soir-là, mes parents étaient sortis au restaurant, nous laissons, Kira, les cousins et moi à la bonne garde de nos grands-parents maternels. En rentrant, ils ont eu un accident de voiture auquel ils n'ont pas survécu. J'allais sur mes quatorze ans et je l'ai assez mal vécu. Avec le décès de mes parents, non seulement j'ai fini orpheline, mais j'ai aussi été déracinée. En Italie, dans la famille proche, il ne me restait que Kira, du haut de ses douze ans. On est donc toutes les deux parties chez nos grands-parents, à Paris.

Paris, je connaissais. Mais pour moi, Paris, c'était la ville des vacances de mon enfance, pas une ville pour y vivre à l'année. Paris, même si je l'aimais beaucoup, je la trouvais tout de même plus triste et plus pluvieuse que Cava de' Tirreni. Je crois que le changement de lieu de vie ne m'a pas trop aidé à faire mon deuil et a fait que j'ai pas mal décroché, en classe, lors du premier trimestre de ma dernière année de collège. Il m'a fallu plusieurs mois, une sérieuse engueulade avec ma sœur et ma rencontre avec Noëlle pour remonter la pente, ne pas foirer mes années collèges et pouvoir continuer mes études au lycée.

Noëlle, ça a été ma première vraie meilleure amie, à mon arrivée en France. Quand mes grands-parents ont fait les démarche pour qu'avec Kira nous intégrions le collège Notre Dame de France, c'est dans la classe de Noëlle que j'ai atterri. Dans ma période un peu sauvage où, dans ma douleur, je ne voulais me lier avec personne, de peur de perdre les gens, elle a été la première à réussir à briser le mur qui m'entourait et à me montrer les bons côtés que la vie avait encore et que je pouvais voir, même si mes parents n'étaient plus là. Elle a été ma première amie française, ma meilleure amie, ma béquille et mon Cupidon. C'est sans doute grâce à elle que, depuis l'arrivée de mes rêves étranges sur la marquise de Montespan, je suis avec Celeste.
Parce que bon, le décès de mes parents est arrivé durant mon adolescence. Vous savez, l'adolescence? Cette période géniale, avec les boutons sur la face, les hormones qui travaillent et les premières amours! Et j'ai eu du mal à admettre et mettre des mots sur ce que je ressentais pour Celeste.

Celeste, avec Noëlle, nous l'avons rencontré à notre rentrée au lycée: on c'est tous les trois retrouvés dans la même classe de L. Noëlle et Kira ont sans doute été les premières à remarquer qu'on avait le béguin, l'un pour l'autre. Mais si lui a toujours été calme et timide - ce que je n'étais pas -, moi, je devenais gêné, lorsque j'étais amoureuse. Il nous a donc fallu du temps, avec Celeste, pour nous rapprocher et enfin oser s'avouer nos sentiments et de sortir ensemble. C'était pendant les fêtes de fin d'année. Et, inconsciemment, avec mon histoire avec Celeste, j'ai mon côté un peu naïf qui est ressorti, alors que je pensais qu'il était dans le placard: les papillons dans le ventre, l'impression qu'avec lui, tout irait bien et que notre histoire pourrait durer encore longtemps.
Avec Celeste et le début d'année ont commencé mes rêves étranges. Mes rêves d'un temps versaillais que je n'ai pourtant pas vécu, mais tellement réel, avec la marquise de Montespan, ses amants, ses enfants, les bals auxquels elle participait, ses amis et ses ennemis. J'ai mis un moment, avant d'oser en parler. Ma grand-mère dit que les rêves ont tous une signification et que si je fais des rêves si précis sur la vie à la cours de Louis XIV, c'est parce que, à la prochaine rentrée, je vais commencer mes études d'historienne et que la dynastie des Bourbon est une période qui me fascine. Des périodes historiques, il y en a pleins qui m'intéressent, donc je suis assez peu sûre de la théorie de ma grand-mère. Mais qui c'est? Demain est un autre jour et peut-être me dira-t-il pourquoi je fais tous ces rêves...


100x100

Un pseudo?

Faramir ou Inti

Un âge?

21 ans cet automne

La célébrité de votre avatar?

Mackenzie Foy
100x100

Un mot à propos de vous?

Heu...  clown
100x100

Comment avez-vous trouvé le forum?

Via FB

Quelque chose à dire à propos du forum?  

Il a l'air bien.

Avez-vous lu le règlements ?

Oui, chef!
Personnalité
Il y a encore quelques années, j'étais une gamine naïve, pensant que mes parents seraient toujours là pour moi et qu'ils ne mourraient que lorsque je serais très vieille. Quand j'avais six ans, comme des générations et des générations de petites filles avant moi - et même après, sans doute aucun - je voulais épouser mon père. Ma sœur, qui faisait tout comme moi, disait pareil. Quand j'avais encore mes parents, j'étais joyeuse, souriante, pleine de vie et pleine de vie. Je voyais toujours le bon côté des choses. J'étais une battante qui n'aimait pas se laisser abattre. J'aimais les gens. J'aimais les aider. J'avais de bonnes notes, en cours, ce qui ne m'empêchais pas d'adorer répondre à mes professeurs.
Durant les mois qui ont suivi le décès de ceux qui m'avaient donné la vie, j'ai été très négative. Lorsque je me rappelais que l'enfant que j'étais voulait épouser son père, je me disais que c'était idiot. Comment avais-je pu penser une seule seconde qu'on pourrait se marier et que, avec ma mère, il resterait au-près de moi et ma sœur jusqu'à ce qu'on fasse de vieux os? Je n'avais plus l'envie de sourire et je ne comprenais pas pourquoi mes grands-parents insistaient tant pour que je me lève le matin. Pourquoi donc me lever, vu que mes parents ne me verraient jamais entrer au lycée, obtenir mon bac et entrer à l'université? D'élève insolente, j'étais devenue l'élève qui, lorsqu'elle ne séchait pas, n'écoutait pas ou presque pas. Mes notes ont chuté.
Je crois que c'est grâce à ma sœur que j'ai pu remonter la pente. Kira, ma petite sœur, pour qui j'aurais dû être forte et servir d'exemple parce que l'aînée, c'est moi, m'a ouvert les yeux. On c'était engueulée, un dimanche, je ne sais plus pourquoi. C'est ce jour-là qu'elle m'a craché à la figure qu'elle aussi, elle avait perdu ses parents et qu'elle ne reconnaissait plus celle que j'étais devenue. Je crois que c'est ce jour-là que j'ai vraiment commencé à faire mon deuil.
Si je n'ai plus ce côté naïf que j'avais, avant, j'ai tout de même réussi à retrouver une certaine joie de vivre, mes sourires, mon attention en classe et mes ambitions de faire des études ou, du moins, de faire quelque chose d'autre de ma vie que de me morfondre sur moi-même, car ça, ce n'est pas moi! Je me suis un peu endurcie, depuis, mais je n'ai pas l'impression d'être devenue totalement froide, aimant toujours essayer d'aider autrui. Je me suis rendue compte que, dans ma peur de perdre ceux qui me sont chers, je suis devenue possessive et que je m'inquiète toujours, quand je ne sais pas quand ma sœur ou mes amis ne me donnent pas de nouvelles ou ne répondent pas à mes messages.
Derrière le miroir :
Depuis quelque temps, des rêves étranges. Les fastes d'une cour française, digne du Roi-Soleil, entre Saint-Germain-en-Laye et Versailles. Une liaison avec un amant royal. Plusieurs enfants illégitimes dont l'éducation a été confiée à une future rivale et deux officiels avec un mari que je n'ai pas encore. Des sœurs et un frère. Des messes noires et l'affaire des Poisons de 1680.
Je rêve de choses passées et qu'il m'a été impossible de vivre. Pourtant, ces rêves m'ont l'air tellement réel que, parfois, j'ai du mal à faire la distinction entre ce qui c'est vraiment et ce qui se passe dans mes songes. Le matin, au réveil, j'ai donc souvent des doutes. C'est comme si mon subconscient, bien malgré moi, avait vécu toutes ces choses. Comme si, physiquement, la nuit, je me trouvais dans mon lit et psychologiquement, je vivais - ou revivais? - une autre vie. Une vie dans les belles années du Roi-Soleil, dans une France tellement lointaine et différente de la France que je connais. Je revis, dans mes rêves, la vie de Françoise Athénaïs de Rochechouart de Mortemart, dites Madame de Montespan.

Pourquoi donc tous ces rêves? Pourquoi à moi? La marquise chercherait-elle, à travers moi, à se faire pardonner tous ses pêches (l'affaire des Poisons, son amertume vis-à-vis de Madame de Maintenon)?
Allez savoir, vu que, d'après ma grand-mère, tous les rêves ont une signification! Je trouverais donc pourquoi je fais tous ses rêves, tout en essayant d'avoir une vie plus belle et moins satanique que la Montespan de mes nuits.

©️ Narja - Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emeraude Della RovereHope on my Earthavatar
Réincarnations
Race : Humaine
Célébrité : Mackenzie Foy
Photomaton :
Age du personnage : Bientôt 18 ans
Localisation : France, pour le personnage, Suisse romande, pour la joueuse
Métier/Études : En Terminale L au lycée Notre Dame de France, pour le personnage, employée en intendance, pour la joueuse
Niveau : 19/100
Pièce d'Or : 6302 pièces d'or
Derrière le miroir :
Pseudo : Faramir
Messages : 587
Date d'inscription : 12/08/2017
Age : 20

Derrière le miroir
Pouvoirs et dons:
Gains de niveau:
Inventaire:

MessageSujet: Re: Emeraude Della Rovere   Jeu 17 Aoû - 13:53

[Excusez-moi, erreur de manipulation et j'arrive pas à supprimer ce message Embarassed .]


Emeraude Della Rovere a écrit:
Emeraude Della Rovere a écrit:

Emeraude Della Rovere

100x100

Prénoms & Nom.

Emeraude Della Rovere

Date de naissance.

1er septembre 1999

Âge.

Bientôt 18 ans
100x100

Nationalité.

Franco-italienne

Lieu de naissance

Cava de' Tirreni, Italie

Métier / Étude.

En terminale L au lycée Notre Dame de France, envisage de faire des études d'historienne
100x100

Groupe.

Réincarnation

Race.

Humaine

Pouvoirs.

Aucun


Il était une fois...
Mes parents sont morts à deux mois de mon quatorzième anniversaire, dans un accident de voiture, à l'âge de trente-huit ans, après quinze ans de mariage.

Ma mère, Adrienne, était française, mon père, Narciso, était un italien descendant en ligne directe d'une branche de la vieille famille italienne: les Della Rovere, dont certains cardinaux et papes ont été les contemporains des Borgia. Mes parents se sont rencontrés lors d'un séjour de mon père en France. Lorsqu'il est rentré au pays, ma mère n'a pas tardé à le suivre. Ils avaient tout juste dix-huit ans. A vingt, ils se sont mariés. A vingt-quatre, ils étaient pour la première fois parents. Avec ma sœur Kira, de deux ans ma cadette, nous avons été élevées dans la double culture franco-italienne et dans les deux langues. Notre mère ne travaillait pas, préférant se consacrer à notre éducation. Nous vivions donc sur le salaire seul de notre père, mais nous n'avons manqué de rien. Nous avions un toit, sur nos tête; un lit, dans lequel dormir; de la nourriture, dans nos assiettes; et, le plus important, de l'amour. Je jouais à la poupée, d'abord avec Kira, puis, avec mes copines. J'allais à l'école où j'apprenais les maths. J'ai sans doute fait des bêtises, comme tous les enfants. Pendant les vacances, mes parents, Kira sous un bras, moi sous l'autre, nous emmenaient en France, y voir la famille maternelle où nous jouions avec nos cousins - mon père étant fils unique, nous n'avons jamais eu de cousins, en Italie. Une enfance heureuse et normale, en somme! C'était jusqu'à y a quatre ans...

C'était pendant les vacances d'été, en 2013, une année où c'était la famille de ma mère qui était venue à Cava de' Tirreni. Cava de' Tirreni qui, pour moi, avait toujours été la plus belle ville du monde. Tellement plus ensoleillée et accueillante que Paris.
Ce soir-là, mes parents étaient sortis au restaurant, nous laissons, Kira, les cousins et moi à la bonne garde de nos grands-parents maternels. En rentrant, ils ont eu un accident de voiture auquel ils n'ont pas survécu. J'allais sur mes quatorze ans et je l'ai assez mal vécu. Avec le décès de mes parents, non seulement j'ai fini orpheline, mais j'ai aussi été déracinée. En Italie, dans la famille proche, il ne me restait que Kira, du haut de ses douze ans. On est donc toutes les deux parties chez nos grands-parents, à Paris.

Paris, je connaissais. Mais pour moi, Paris, c'était la ville des vacances de mon enfance, pas une ville pour y vivre à l'année. Paris, même si je l'aimais beaucoup, je la trouvais tout de même plus triste et plus pluvieuse que Cava de' Tirreni. Je crois que le changement de lieu de vie ne m'a pas trop aidé à faire mon deuil et a fait que j'ai pas mal décroché, en classe, lors du premier trimestre de ma dernière année de collège. Il m'a fallu plusieurs mois, une sérieuse engueulade avec ma sœur et ma rencontre avec Noëlle pour remonter la pente, ne pas foirer mes années collèges et pouvoir continuer mes études au lycée.

Noëlle, ça a été ma première vraie meilleure amie, à mon arrivée en France. Quand mes grands-parents ont fait les démarche pour qu'avec Kira nous intégrions le collège Notre Dame de France, c'est dans la classe de Noëlle que j'ai atterri. Dans ma période un peu sauvage où, dans ma douleur, je ne voulais me lier avec personne, de peur de perdre les gens, elle a été la première à réussir à briser le mur qui m'entourait et à me montrer les bons côtés que la vie avait encore et que je pouvais voir, même si mes parents n'étaient plus là. Elle a été ma première amie française, ma meilleure amie, ma béquille et mon Cupidon. C'est sans doute grâce à elle que, depuis l'arrivée de mes rêves étranges sur la marquise de Montespan, je suis avec Celeste.
Parce que bon, le décès de mes parents est arrivé durant mon adolescence. Vous savez, l'adolescence? Cette période géniale, avec les boutons sur la face, les hormones qui travaillent et les premières amours! Et j'ai eu du mal à admettre et mettre des mots sur ce que je ressentais pour Celeste.

Celeste, avec Noëlle, nous l'avons rencontré à notre rentrée au lycée: on c'est tous les trois retrouvés dans la même classe de L. Noëlle et Kira ont sans doute été les premières à remarquer qu'on avait le béguin, l'un pour l'autre. Mais si lui a toujours été calme et timide - ce que je n'étais pas -, moi, je devenais gêné, lorsque j'étais amoureuse. Il nous a donc fallu du temps, avec Celeste, pour nous rapprocher et enfin oser s'avouer nos sentiments et de sortir ensemble. C'était pendant les fêtes de fin d'année. Et, inconsciemment, avec mon histoire avec Celeste, j'ai mon côté un peu naïf qui est ressorti, alors que je pensais qu'il était dans le placard: les papillons dans le ventre, l'impression qu'avec lui, tout irait bien et que notre histoire pourrait durer encore longtemps.
Avec Celeste et le début d'année ont commencé mes rêves étranges. Mes rêves d'un temps versaillais que je n'ai pourtant pas vécu, mais tellement réel, avec la marquise de Montespan, ses amants, ses enfants, les bals auxquels elle participait, ses amis et ses ennemis. J'ai mis un moment, avant d'oser en parler. Ma grand-mère dit que les rêves ont tous une signification et que si je fais des rêves si précis sur la vie à la cours de Louis XIV, c'est parce que, à la prochaine rentrée, je vais commencer mes études d'historienne et que la dynastie des Bourbon est une période qui me fascine. Des périodes historiques, il y en a pleins qui m'intéressent, donc je suis assez peu sûre de la théorie de ma grand-mère. Mais qui c'est? Demain est un autre jour et peut-être me dira-t-il pourquoi je fais tous ces rêves...


100x100

Un pseudo?

Faramir ou Inti

Un âge?

21 ans cet automne

La célébrité de votre avatar?

Mackenzie Foy
100x100

Un mot à propos de vous?

Heu...  clown
100x100

Comment avez-vous trouvé le forum?

Via FB

Quelque chose à dire à propos du forum?  

Il a l'air bien.

Avez-vous lu le règlements ?

Oui, chef!
Personnalité
Il y a encore quelques années, j'étais une gamine naïve, pensant que mes parents seraient toujours là pour moi et qu'ils ne mourraient que lorsque je serais très vieille. Quand j'avais six ans, comme des générations et des générations de petites filles avant moi - et même après, sans doute aucun - je voulais épouser mon père. Ma sœur, qui faisait tout comme moi, disait pareil. Quand j'avais encore mes parents, j'étais joyeuse, souriante, pleine de vie et pleine de vie. Je voyais toujours le bon côté des choses. J'étais une battante qui n'aimait pas se laisser abattre. J'aimais les gens. J'aimais les aider. J'avais de bonnes notes, en cours, ce qui ne m'empêchais pas d'adorer répondre à mes professeurs.
Durant les mois qui ont suivi le décès de ceux qui m'avaient donné la vie, j'ai été très négative. Lorsque je me rappelais que l'enfant que j'étais voulait épouser son père, je me disais que c'était idiot. Comment avais-je pu penser une seule seconde qu'on pourrait se marier et que, avec ma mère, il resterait au-près de moi et ma sœur jusqu'à ce qu'on fasse de vieux os? Je n'avais plus l'envie de sourire et je ne comprenais pas pourquoi mes grands-parents insistaient tant pour que je me lève le matin. Pourquoi donc me lever, vu que mes parents ne me verraient jamais entrer au lycée, obtenir mon bac et entrer à l'université? D'élève insolente, j'étais devenue l'élève qui, lorsqu'elle ne séchait pas, n'écoutait pas ou presque pas. Mes notes ont chuté.
Je crois que c'est grâce à ma sœur que j'ai pu remonter la pente. Kira, ma petite sœur, pour qui j'aurais dû être forte et servir d'exemple parce que l'aînée, c'est moi, m'a ouvert les yeux. On c'était engueulée, un dimanche, je ne sais plus pourquoi. C'est ce jour-là qu'elle m'a craché à la figure qu'elle aussi, elle avait perdu ses parents et qu'elle ne reconnaissait plus celle que j'étais devenue. Je crois que c'est ce jour-là que j'ai vraiment commencé à faire mon deuil.
Si je n'ai plus ce côté naïf que j'avais, avant, j'ai tout de même réussi à retrouver une certaine joie de vivre, mes sourires, mon attention en classe et mes ambitions de faire des études ou, du moins, de faire quelque chose d'autre de ma vie que de me morfondre sur moi-même, car ça, ce n'est pas moi! Je me suis un peu endurcie, depuis, mais je n'ai pas l'impression d'être devenue totalement froide, aimant toujours essayer d'aider autrui. Je me suis rendue compte que, dans ma peur de perdre ceux qui me sont chers, je suis devenue possessive et que je m'inquiète toujours, quand je ne sais pas quand ma sœur ou mes amis ne me donnent pas de nouvelles ou ne répondent pas à mes messages.
Derrière le miroir :
Depuis quelque temps, des rêves étranges. Les fastes d'une cour française, digne du Roi-Soleil, entre Saint-Germain-en-Laye et Versailles. Une liaison avec un amant royal. Plusieurs enfants illégitimes dont l'éducation a été confiée à une future rivale et deux officiels avec un mari que je n'ai pas encore. Des sœurs et un frère. Des messes noires et l'affaire des Poisons de 1680.
Je rêve de choses passées et qu'il m'a été impossible de vivre. Pourtant, ces rêves m'ont l'air tellement réel que, parfois, j'ai du mal à faire la distinction entre ce qui c'est vraiment et ce qui se passe dans mes songes. Le matin, au réveil, j'ai donc souvent des doutes. C'est comme si mon subconscient, bien malgré moi, avait vécu toutes ces choses. Comme si, physiquement, la nuit, je me trouvais dans mon lit et psychologiquement, je vivais - ou revivais? - une autre vie. Une vie dans les belles années du Roi-Soleil, dans une France tellement lointaine et différente de la France que je connais. Je revis, dans mes rêves, la vie de Françoise Athénaïs de Rochechouart de Mortemart, dites Madame de Montespan.

Pourquoi donc tous ces rêves? Pourquoi à moi? La marquise chercherait-elle, à travers moi, à se faire pardonner tous ses pêches (l'affaire des Poisons, son amertume vis-à-vis de Madame de Maintenon)?
Allez savoir, vu que, d'après ma grand-mère, tous les rêves ont une signification! Je trouverais donc pourquoi je fais tous ses rêves, tout en essayant d'avoir une vie plus belle et moins satanique que la Montespan de mes nuits.

©️ Narja - Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Emeraude Della Rovere

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Alléara, future élève d'Emeraude.
» Allons-nous un jour trouver la sortie ? [Pv Pelage d'Emeraude]
» Prunelle d'Emeraude || Validée
» "Semi-Easy" Nuzlocke: Pokémon Emeraude - Les Joyaux perdus
» Mon aventure sur Pokémon version Emeraude: Nuzlocke Challenge

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hope On My Earth :: Introduction :: Présentations :: Présentations validées...-